Le comportement arbitraire implique que, même sans intention de nuire, la réclamation d’un salarié a été traitée de façon superficielle, inattentive ou non fondée sur la raison. Il en est de même lorsque la décision est prise en l’absence d’une évaluation réelle du dossier ou après une enquête insuffisante. Toutefois, une enquête sérieuse n’est pas nécessairement la plus approfondie. Le salarié est cependant en droit d’obtenir un examen raisonnable de la situation qui permette de cerner les éléments essentiels du problème soulevé, tant pour les faits que le droit.

Un comportement arbitraire peut se manifester, par exemple, lorsqu’une idée était conçue à l’avance, qu’il y avait une volonté explicite de ne pas déposer de grief ou de porter celui-ci à l’arbitrage ou par le fait de ne pas laisser la chance au salarié de faire connaître sa version.